Exhibit logo Virtual
Museum of
Canada

La recherche de la terre

Le souhait de Fleming d'ériger une cathédrale imposante à St. John's fut accueilli avec beaucoup de réticence et d'opposition. Beaucoup de personnes s'interrogeaient sur le besoin d'une grande église au sein du colonie britannique d'Amérique du Nord. Une cathédrale d'une telle taille serait la rivale de n'importe quelle autre colonie d'Amérique du nord et serait le plus grand édifice jamais construit à St. John's. De plus, puisque les Irlandais étaient une minorité politique à St. John's, beaucoup considéraient que les efforts de Fleming pour acquérir un terrain étaient vains. Tous ces faits, ajoutés à la réputation de négociateur exigeant de l'évêque Fleming, allaient sûrement mener à une division entre catholiques et protestants de St. John's.

De 1834 à 1838, Fleming organisa des pétitions auprès du gouvernement britannique pour l'octroi d'un terrain nommé « The Barrens », situé à l'est de Fort Townsend, sur la plus haute colline surplombant le port de St. John's, mais le gouverneur anglais Prescott refusa. Fleming dut alors effectuer quatre voyages à Londres pour se procurer le terrain. Quatre hectares furent finalement octroyés en mai 1838 par le tribunal exécutif.

Ayant obtenu le terrain, Fleming revint en Europe afin d'y chercher des plans architecturaux. Il consulta John Jones de Clonmel en Irlande avant d'avoir recours à Joergen Schmidt, architecte du gouvernement danois à Altona sur l'Elbe, à coté de Hambourg. Avec les plans de Schmidt, Fleming pouvait réaliser une église plus vaste, une maison diocésaine pour l'évêque et le clergé, un couvent, des écoles, le tout à un coût bien moindre qu'avec les plans des architectes anglais ou irlandais. Fleming fit appel tout d'abord à un constructeur de Waterford, Michael McGrath, mais suite à un désaccord, le remplaça par le constructeur et sculpteur James Purcell.