Introduction

En 1948, selon les statistiques recueillies par la British Columbia Beef Cattle Growers’ Association (Association des éleveurs de bovins de la Colombie-Britannique), il y avait 98 000 têtes de bétail dans le Plateau du sud de l’intérieur, excluant les districts d’Okanagan et de Boundary. Au cours des dix années suivantes, il y a eu une augmentation constante du nombre de bovins élevés dans la région. En 1960, on estimait que ce nombre avait augmenté à environ 130 000 têtes. La race dominante était Hereford, deux tiers des bovins étaient de cette race. Les autres bêtes étaient de race Shorthorn pur sang ou croisée, car on croyait généralement que les vaches Shorthorn produisaient du lait qui était meilleur pour un gain de poids rapide des veaux. Il y avait également quelques troupeaux d’Aberdeen Angus.

Une photo de Danny Williams, un cowboy autochtone. Cliquez pour agrandir, l'image s'ouvre dans une nouvelle fenêtre

Cowboy autochtone Danny Williams, 1952. Avec la permission du Museum of the Cariboo-Chilcotin.

Jusqu’au milieu des années 1950, un troupeau typique de l’intérieur de la Colombie-Britannique était composé d’animaux reproducteurs et d’animaux d’un an et de deux ans. À l’occasion, on vendait des animaux de trois ans dans les ranchs éloignés. Ces bêtes étaient vendues en tant qu’animaux de deux ans engraissés à l’herbe et elles étaient expédiées directement du ranch. La plupart des bêtes étaient expédiées par train dans la grande région de Vancouver en provenance de parcs à bestiaux comme celui de Williams Lake.

Un autre aspect important de l’élevage en Colombie-Britannique dans les années d’après-guerre a été le grand nombre de ranchs qui ont été achetés par des Américains. Commençant peu après la guerre pour atteindre un sommet dans les années 1960, les Américains, qui ont quitté leur terre natale à cause des taxes et des prix fonciers élevés, ont acheté plusieurs ranchs de la Colombie-Britannique.

Intéressé?

Cliquez ci-dessous pour explorer davantage

Regardez des cowboys Écoutez un balado