Le projet de reconstruction 3d du Commissariat Musée virtuel du Canada
Le Bytown Herald
Volume 1, No 1. 24 mai 1832 english | accueil | rétroaction | remerciements  
à propos du projet | l'animation | gallerie de photos | la transcription  

LA TRANSCRIPTION

LE CADRE


""

LA TRANSCRIPTION

Écran noir – « Mai 1832 »

 

 

Vidéoclip 1

 

 

Scène 1 -- Caméra survolant la rivière des Outaouais

 

(Colonel By) À couper le souffle, n’est-ce-pas, my Lord Dalhousie? Difficile à imaginer déjà vingt ans depuis l’invasion échouée des Américains.

Scène 2 -- Vue de la Colline des Casernes

 

(Lord Dalhousie)  Oui, mon colonel. D’où le besoin d’un canal.

Scène 3 -- Les écluses deviennent visibles lorsque la caméra passe au-dessus d’un bateau à vapeur

 

(By) Dieu seul connait le moment d’une prochaine invasion. Nous sommes maintenant prêts grâce à une route sûre pour nous approvisionner entre Montréal et Kingston.

Scène 4 -- Le vapeur se dirige vers les écluses

 

(By) Fort heureusement, la topographie naturelle du terrain se prêtait à nos plans. En suivant le tracé des rivières Rideau et Cataraqui, nous n’avions qu’à construire quarante-neuf écluses.

(Dalhousie) Une réussite remarquable, mon colonel.

Scène 5 -- Vue du colonel By et de Lord Dalhousie

 

(By) Tout à fait. Il semblerait que nous sommes prêts à y aller.

Scène 6 -- Vue rapprochée des portes d’écluse

 

(Dalhousie) J’avais imaginé tout cela plus petit.

(By) Nos plans originaux prévoyaient des écluses plus étroites afin d’accommoder les bateaux Durham. Au moment de la construction, j’avais pétitionné le Board of Ordnance en Angleterre invoquant la nécessité d’un canal plus large pour les bateaux  à vapeur.

Scène 7 -- Intérieur de la première écluse

 

(Dalhousie) Une décision très sage, mon colonel. Grandiose, en effet.

Vidéoclip 2

 

 

Scène 8 -- Vue globale de la série d’écluses

 

(By) Même avec de plus larges écluses, malgré tout nous n’aurons mis que cinq années et demie pour terminer les cent vingt-six milles du canal.

(Dalhousie) Vous semblez laissez entendre que le  tout s’est fait sans difficulté?

Scène 9 -- Le vapeur entre dans les écluses et les portes commencent à se refermer

 

(By) Loin de là, my Lord Dalhousie, croyez-moi. Non seulement mon personnel a rédigé les plans pour les écluses et les barrages, mais il nous a fallu également établir des peuplements pour loger les travailleurs et leurs familles. Des casernes, un hôpital, des bâtiments d’appui,  tout cela à construire. J’avais plus de deux mille travailleurs. À ma connaissance, ce fût le projet de construction le plus audacieux jamais entrepris jusqu’alors de tout l’empire britannique.

Scène 10 -- Vue de la Colline des Casernes

 

(Dalhousie) Oui, mon colonel, vous avez sans doute raison. Et c’est remarquable ce que l’homme peut accomplir de ses propres mains et avec quelques outils.

Scène 11 -- Un sapeur se dirige vers les vannes

 

(Dalhousie) Dites-moi, mon colonel, comment passer en amont des écluses? Ne serions-nous pas tirés en aval?

Scène 12 -- Vue subaquatique du chemin de la porte jusqu’à la prochaine écluse

 

(By) Non, my Lord. Un ensemble de commande sert à ouvrir et à fermer la porte d’écluse. Un autre ensemble de chaînes et de poulies ouvre et ferme les vannes d’amont.

Vidéoclip 3

 

 

Scène 13 -- Vue du chemin de la vanne d’amont jusqu’à la prochaine écluse

 

Les vannes d’amont permettent à l’eau de franchir les deux écluses sans ouvrir la porte. Une fois le niveau d’eau stabilisé des deux côtés de la porte d’écluse, celle-ci s’ouvre et les bateaux passent, que ce soit en amont ou en aval des écluses.

(Dalhousie) Cela me semble compliqué.

Scène 14 -- Sapeur actionnant la manivelle pour ouvrir une porte d’écluse

 

(By) Tellement plus facile que de transporter un bateau à dos! Qui sait si d’ici deux cents ans, on découvre un mécanisme rendant le tout plus facile à manœuvrer.

Scène 15 -- Vue du bureau des Royal Engineers et du Commissariat

 

(Dalhousie) Comme c’est fascinant : il se miroite l’un l’autre.

Scène 16 -- La caméra pointe sur le pont des Sapeurs

 

(By) Remarquable, en effet. À la gauche, le Bureau des Royal Engineers où les plans du canal ont été conçus et où nous avons entreposé plusieurs des instruments topographiques. Ces officiers ont travaillé en étroite collaboration au projet  avec les sapeurs-mineurs lesquels ont été logés en haut de la colline. La vue est tellement prenante de là-haut et j’espère qu’un jour nous pourrons y construire. Voyez-vous le pont en avant? Nous l’avons nommé : pont des Sapeurs. Le tout premier à enjamber le canal.

Vidéoclip 4

 

 

Scène 17 -- Vue du rez-de-chaussée du Commissariat et du matériel entreposé

 

(Dalhousie) Et l’autre bâtiment?

Scène 18 -- Sapeur tirant sur le câble d’une poulie

 

(By) Ah oui. Il s’agît du Commissariat. Tout comme le Bureau des Royal Engineers, il remonte à 1827. En fait, il sert d’entrepôt de provisions. Voyez les larges portes en haut? Des cordes et poulies servent à charger facilement les étages supérieurs. À l’intérieur, vous trouverez une variété de provisions — des outils, des denrées alimentaires, du rhum…

(Dalhousie) L’essentiel, quoi!

Scène 19 -- Sapeurs déchargeant des fournitures

 

(By) En plus de ce vaste espace d’entreposage, les bureaux des officiers du Commissariat et un atelier de tonnelier pour fabriquer les barils de provisions.

Vidéoclip 5

 

 

Scène 20 -- La voûte de pierre

 

À noter l’aspect unique de ce Commissariat utilisé comme trésorerie. Une voûte, dissimulée dans le coin nord-est de l’immeuble, servait à sécuriser la poudre noire pour les coups de mine tout autant que les salaires des travailleurs.

(Dalhousie) À quel point sécuritaire?

(By) Mais enfin, des murs de pierre de trois pieds d’épaisseur, ne sont-ils pas sécuritaires?

(Dalhousie) Impressionnant!

(By) Ailleurs dans le bâtiment, les murs ne sont que de deux pieds et demi d’épaisseur mais quand même à l’épreuve des canons.

Ce n’est pas à moi à qui revient le crédit pour la solidité du Commissariat mais plutôt à Thomas Mackay et son équipe de maçons écossais qui en ont assuré la construction. Ils ont  extrait la pierre calcaire de la rive est du canal.
Vidéoclip 6

 

 

Scène 21 -- Pièce où un homme écrit et où se trouve un petit poêle

 

Nous voyons ici un ingénieur de Sa Majesté remplissant une demande d’approvisionnement au service du Commissariat.

Scène 22 -- Vue de la tonnellerie

 

Voici Daniel Cross, le tonnelier (fabricant de barriques), tout à son travail.

Scène 23 -- Vue du premier étage

 

Voici une vue du premier étage où sont entreposés nombre des barriques fabriquées par le tonnelier.

Scène 24 -- Vue du deuxième étage

 

Voici une vue du deuxième étage de l’immeuble. À remarquer le plafond haut et l’ossature en poutres de bois.

Scène 25 -- Bureau arrière avec foyer

 

Le tonnelier vit dans un petit logis du Commissariat et agit également comme gardien de nuit de l’immeuble.

Vidéoclip 7

 

 

Scène 26 -- Mineurs travaillant la pierre

 

(By) Un travail pas du tout facile. Après avoir foré et dynamité la pierre, il a fallu la façonner à la main. La pierre calcaire a été utilisée dans la construction de nombreux bâtiments à Bytown ainsi que pour les écluses.

Scène 27 -- On voit un mineur blessé

 

Tout le processus a été long et périlleux. Nous avons eu notre part d’accidents : ou bien un dynamitage mal calculé, ou bien encore une lourde pierre glissant en la manœuvrant, ou encore un fragment pointu de pierre s’échappant au moment où on taillait celle-ci.

Scène 28 -- Scènes d’explosion et d’éboulement de pierres

 

(Dalhousie) Quelle vie pour les ouvriers travaillant sur le canal!

Scène 29 -- Lord Dalhousie, abattant vivement un moustique

 

(Dalhousie) Ouf! Qu’est-ce-que c’est?

(By) Un maringouin, my Lord. Comme si nous n’avions qu’à nous inquiéter des accidents de travail, il y avait également la maladie. Le paludisme et le choléra sévissaient tout au long de la construction. J’ai moi-même été impaludé.

Vidéoclip 8

 

 

Scène 30 -- Marche sur le pont des Sapeurs

 

(Dalhousie) Combien de pertes de vie?

(By) Je ne saurais vous dire exactement, my Lord. Au moins cinq cents, je crains. Mais ne s’attend-on pas à payer un prix pour protéger ce pays?

Scène 31 -- Personnes traversant le pont des Sapeurs

 

(Dalhousie élude la question)

Scène 32 -- Vapeur descendant le canal

 

(By) Nous y voilà, my Lord. Nous venons de franchir les premières huit écluses en route pour Kingston.

(Dalhousie) Merveilleux! Vous savez, ce n’est peut-être que le début de quelque chose d’encore plus grandiose.

Scène 33 -- Vue du vapeur sous le pont des Sapeurs

 

(By) How so?

(Dalhousie) Pensez-y. Vous avez fondé cette ville nommée Bytown qui pourrait encore grandir et devenir encore meilleure. Votre renommée sera partout. Un marché et des écoles porteront votre nom.

Scène 34 -- Vue en longueur des écluses

 

(By) Ne nous emportons pas, my Lord.

Scène 35 -- Survol de toute la scène

 

(Dalhousie) Bien sûr, vous aurez votre statue, quelques routes porteront votre nom et même un lac… (fondu au noir).

Conseil national de recherches Canada Logo du Musée Bytown