Graphic Thèmes
Le monde de la nature
Patrie des tutchones du nord
La ronde des saisons
La commerce et les déplacements
Pouvoir et souveraineté
À l'ère de la cohabitation
Pour voir davantage du Musée virtuel du Canada
Patrie des tutchones du nord

Retour
Territoire ancestral
Les noms des lieux et leur histoire
Rassemblements à Fort Selkirk
Retour sur les lieux

INTRODUCTION

À l’origine, les Tutchone du nord qui composent à présent la première nation de Selkirk, étaient nomades et pratiquaient la chasse et la pêche en groupes composés d’une ou de deux familles. À certaines époques de l’année, les petits groupes se rassemblaient pour la tenue d’activités spéciales telles que des festins, des potlatchs (cérémonie commémorative tenue un an ou deux après la mort d’une personne) et des festivals saisonniers.

De nature hospitalière, les Tutchone du nord accueillaient fréquemment d’autres premières nations sur leur territoire. Le commerce attirait d’autres groupes autochtones à Fort Selkirk et les mariages entre membres de différentes premières nations étaient monnaie courante.

Les Tutchone du nord ne perçoivent pas leur territoire traditionnel comme un simple paysage inanimé. C’est une terre où se perpétue la mémoire et où, au fil des millénaires, les Tutchone ont attribué des noms à tous les lacs, tous les sentiers, toutes les collines, toutes les montagnes et toutes les rivières de la région. Généralement, ces noms ont un lien direct avec une légende ou un événement.

Parmi les Européens qui ont commencé à explorer la région au XIXe siècle, certains se souciaient bien peu des noms autochtones. Des hommes comme Robert Campbell et le lieutenant Frederick Schwatka avaient plutôt tendance à renommer les endroits qu’ils visitaient, et ils inscrivaient ces nouveaux noms sur les cartes géographiques qu’ils dressaient. L’attribution de nouveaux noms dans toute la patrie de Tutchone du nord a ainsi fait glisser dans l’oubli des pans entiers de l’histoire orale de la région.

Récemment, des travaux visant à retracer et à rétablir les noms tutchone traditionnels des sites ont été entrepris. Avec l’aide des aînés, on a consigné les noms originaux et certains endroits sont revenus à leur nom autochtone d’origine.

Malgré le fait que Fort Selkirk ne soit plus habité depuis le début des années 1950, son passé survit grâce aux efforts conjoints de la Direction du patrimoine du gouvernement du Yukon et des membres de la première nation de Selkirk qui se livrent à l’interprétation, à la gestion et à l’entretien de Fort Selkirk.

© Gouvernement du Yukon 2002 | Commentaires