Des sentinelles dans la nuit - Les phares de l'Île-du-Prince-Édouard Musée virtuel du Canada
Navigation
        Suivant      

La première gardienne de phare de l’Île-du-Prince-Édouard

Maisie Adams a été la seule femme gardienne de phare de l’Île-du-Prince-Édouard et la première gardienne de phare au Canada. Son histoire est fascinante et elle ne refusait jamais de la raconter. Elle est née le 22 mai 1913 et était la plus jeune fille de Hugh John et Mary Lamont de French River. En août 1934, elle s’est mariée avec Claude Adams de Seaview.

Hugh John MacRae a été le gardien du phare de New London de 1931 jusqu’à ce qu’il prenne congé pour service militaire le 31 octobre 1940. Il a été temporairement remplacé pendant un mois par son frère, Charles Earle MacRae. Lorsque Claude Adams a pris la relève comme gardien le 1er décembre 1940, il était déjà souffrant et sa femme Maisie s’acquittait de tout le travail d’un gardien de phare.

Pour la femme de vingt-neuf ans qu’elle était, elle n’avait pas la tâche facile, car elle devait prendre soin de deux enfants, d’un mari malade, du phare et d’un feu d’alignement. Robert et Gertrude étaient déjà nés lorsque le couple a déménagé au phare. Vers la fin de sa troisième grossesse, le 2 octobre 1941, alors que c’était leur première année au phare, Harris Blakney s’est arrêté sur sa tournée du courrier et a remarqué que Maisie ne semblait pas être bien portante. Il emmena sa tante Jane, la sage-femme, à la maison des Adams en fin d’après-midi. Au même moment, Maisie envoyait son fils Robert chercher le médecin local. Le Dr Beer arriva au phare et mis là au monde son premier bébé à 20 h 35 en plein milieu d’un ordre d’occultation, ce qui arrivait fréquemment durant la Deuxième Guerre mondiale afin de dérouter les sous-marins ennemis. Le Dr Beer est aussi le médecin qui a soigné Claude, le mari de Maisie, décédé du cancer le 23 janvier 1943.

Après la mort de Claude, plusieurs hommes de la région se sont rendus au bureau du ministère des Transports pour recommander que Maisie soit embauchée comme gardienne officielle du phare. Elle n’avait aucun autre moyen de subsistance et comme elle avait accompli le travail pendant tout ce temps, elle en était certainement capable. Elle a gardé le phare pendant un total de quatorze années, de 1940 à 1956. Elle a vécu dans le phare pendant un an après la mort de Claude, puis elle a déménagé plus tard dans une petite maison à plusieurs kilomètres du phare pour rapprocher Robert de l’école. Elle marchait au phare chaque après-midi pour allumer la lampe et de nouveau le matin pour l’éteindre. Le feu d’alignement était encore plus éloigné et elle devait aussi s’en occuper.

 
Histoires et folklore
 
Maisie Adams.
Maisie Adams
 
 
© 2007, Association des musées communautaires de l’Île-du-Prince-Édouard Commentaires Générique Accueil English